11 fevrier - Rencontre autour du Corpus Franciscanum avec Jacques Dalarun (éditions Zones Sensibles) - 11/02/2022

Aller sur la liste des Actualités

LIBRAIRIE LE LIVRE

24 place du Grand Marché 37000 Tours

 
le vendredi 11 fevrier à 20 heures

 

Rencontre avec Jacques Dalarun

à l'occasion de la parution de

CORPUS FRANCISCANUM. François d'Assise, corps et texte

aux éditions Zones Sensibles

"Le dieu de François est mouvement, c'est un flux d'amour, un échange éternel - de même veut-il que ses fréres soient itinérants, en route, sans installation, de même prône t-il l'usage pauvre des biens fluides, qui circulent sans accaparement.". Jacques Dalarun

Dans les années qui suivirent la mort de François d’Assise en 1226, ses fils spirituels prirent soin de rassembler et de copier ses écrits, de rédiger et de diffuser ses biographies – l’enseignement qu’il avait laissé par ses mots et par son exemple. Tous les groupes qui souhaitent s’institutionnaliser ressentent ce besoin de s’ériger en « communauté textuelle », fondée sur un corpus consensuel. Mais il est rare que la figure du fondateur y occupe un telle place, confinant ici au culte de la personnalité. Le paradoxe est que cette élaboration textuelle s’est développée autour d’un homme qui, en son temps, était considéré comme un illettré, un idiota, puisqu’il ne maîtrisait pas parfaitement le latin. Pourtant, toutes les anthologies de sources franciscaines (écrits de et sur François) présentent comme un corpus homogène un agglomérat improbable de niveaux de culture.

À rebours, Corpus franciscanum met en évidence la bigarrure des textes franciscains plutôt que de chercher à l’estomper, et tente d’en comprendre les multiples implications. Des paroles dictées par François et retranscrites par un scribe plus instruit que lui sont-elles vraiment un écrit de François ? Où commence un texte ? Où s’arrête-t-il ? Une légende insérée dans l’office fait-elle partie du texte de l’office ? Un recueil de miracles posthumes prolongeant la biographie du saint fait-il partie de la légende ? Du moment où l’on accepte ces remises en cause, on se rend compte que la fameuse « question franciscaine » a été posée sur des bases artificielles et idéologiques, comme le démontre cet ouvrage où les reproductions de manuscrits ont la part belle.

 

Jacques Dalarun est historien du Moyen Âge, directeur de recherche au CNRS (Institut de recherche et d’histoire des textes - IRHT), membre de l’Institut (Académie des inscriptions et belles-lettres). Après avoir étudié l’érémitisme dans l’Ouest de la France au temps de la Réforme grégorienne, puis diverses expériences religieuses féminines dans l’Italie des XIIIe -XVe siècles, il se consacre depuis plusieurs décennies à l’étude des sources franciscaines et des origines du franciscanisme.