mercredi 5 octobre - Rencontre avec Carlo Ginzburg - 05/10/2022

Aller sur la liste des Actualités

LIBRAIRIE LE LIVRE

24 Place du Grand Marché 37000 Tours

0247663552 // le.livre@wanadoo.fr // www.librairielelivre.com

 

le mercredi 5 octobre à 20 heures

Rencontre avec

Carlo Ginzburg

A l'occasion de la parution de

Néanmoins Machiavel, Pascal aux éditions Verdier

Rencontre présentée par Nicolas Millet 

 

"A travers un exemple infime, j’ai voulu démontrer qu’en récupérant l'épaisseur de l'histoire, le monde dans lequel nous vivons est plus varié, plus complexe, plus riche. Et il n'est pas impossible, pour me faire l'écho d'une phrase célèbre, que la perception de cette complexité puisse aider à la changer."

Le poids d’un mot, étudié, soupesé, traqué comme une source, en dit plus sur le destin de la politique moderne que bien des généralités censées se dégager des évolutions. Ainsi l’historien Carlo Ginzburg aborde-t-il ici la modernité politique – le découplage supposé du politique et du théologique –, en lisant de façon rapprochée, en philologue, Machiavel et Pascal. L’ouvrage nous livre une série d’éclairages nouveaux sur une manière de penser la règle et l’exception, à l’épreuve des faits.

Au moment où sont développées des histoires mondiales, des histoires  décentrées, qui nous permettent de penser le monde globalisé, Ginzburg insiste sur l’attention nécessaire et féconde qu’il convient d’accorder aux  singularités, à travers l’examen précis des cas et l’étude philologique des textes. À l’heure où l’on déplore que les intellectuels n’orientent plus la vie politique (en supposant confusément qu’ils le firent par le passé), à l’heure où semble s’imposer une vision « machiavélienne » selon laquelle les plus forts dictent le  droit au nom d’un réalisme implacable, la leçon de Carlo Ginzburg est précieuse. Penser, ce n’est pas reformuler les réponses de l’opinion, c’est changer de questionnement.

 

 

 
­

Carlo Ginzburg est né à Turin en 1939. Professeur d’histoire moderne, il a enseigné à l’université de Bologne, puis à partir de 1988 à l’université de Californie à Los Angeles. Il est considéré comme un représentant important de la méthode « microhistorique ».

Mythes emblèmes traces (Flammarion, 1989), Les batailles nocturne (Verdier, 1980) Le Sabbat des sorcières (Gallimard, 1992), Le Fromage et les Vers (Aubier, 1993), Le juge et l'historien (Verdier, 1998), À distance. Neuf essais sur le point de vue en histoire, (Gallimard, 2001), Nulle île n'est une île (Verdier, 2005), Le Fil et les Traces (Verdier, 2010)

Il reçoit en 1992 le Prix Aby Warburg. Ses ouvrages ont été traduits en 27 langues.