Vendredi 4 novembre à 20h. Traverser l'invisible, Enigmes figuratives de Francesca Woodman et Vivian Maier - 04/11/2022

Aller sur la liste des Actualités

Le vendredi 4 novembre à 20 heures

Rencontre avec

Marion Grébert

A l’occasion de la parution aux éditions L'Atelier Contemporain

Traverser l'Invisible Énigmes figuratives de F.Woodman et V.Maier

 

Francesca Woodman (1968-1981) et Vivian Maier (1926-2009) sont deux photographes américaines ayant réalisé une œuvre foisonnante d’autoportraits. Leurs œuvres ont engendré après elles une mythologie de leurs conditions de création et de leur devenir posthume – la première en raison de son suicide à l’âge de vingt-deux ans et la deuxième pour l’abondance de pellicules laissées derrière elle, en grande part non développées. Ces deux destins personnels sont réunis et comparés ici pour la première fois, dans la volonté de montrer qu’ils s’inscrivent en fait dans un destin des figurations féminines qui les dépasse et qu’ils révèlent tout à la fois. 

Cet ouvrage qui parcourt une longue histoire des figurations féminines s’organise autour d’un événement sans précédent, lorsque la naissance de la photographie permet à un certain nombre de femmes de s’emparer d’un médium grâce auquel elles peuvent enfin se représenter entre elles et elles-mêmes à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. Le pouvoir acquis d’auto-figuration pour ces femmes contraste de manière extraordinaire avec leur position de modèles prévalant depuis des millénaires. 

«  En l’espace de cette interversion de perspective se cache ce qu’Orphée n’est pas autorisé à voir, et surtout ce qu’Eurydice n’est pas autorisée à montrer. (…) L’invention de la photographie aura représenté enfin l’occasion technique et poétique d’affronter cette latence. Je le pose en ces termes : la photographie féminine d’autoportrait serait la pratique et la figuration de ce qu’Orphée a cherché à voir en se retournant. Ce serait Eurydice se photographiant aux Enfers. » Traverser l’invisible, M.Grébert

Marion Grébert est docteur en histoire de l’art de la Sorbonne et diplômée de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle mène actuellement des recherches post-doctorales en esthétique. Si elle a été formée à travailler sur les XIXe et XXe siècles, elle réfléchit à la modernité prise dans un temps long des images, en croisant diverses approches