Détail du livre

PARTAGER LA PAGE

ORIGINE DU DRAME BAROQUE ALLEMAND

Code EAN13: 9782081232174

Auteur : BENJAMIN WALTER

Éditeur : FLAMMARION


   Disponible
La vie de Walter Benjamin aura été marquée par une sorte d’ironie de l’histoire, des aléas de sa carrière aux circonstances tragiques de sa mort. Ironie parce que les événements historiques ont plus d’une fois joué des tours à ce philosophe qui n’a jamais cessé de les penser dans leur singularité.
Dans son Origine du drame baroque allemand qui, malgré son titre, est moins un ouvrage d’esthétique qu’une réflexion sur l’histoire, Benjamin développe en effet une pensée de l’événement, construite contre l’historicisme et l’idée d’un auto-mouvement de l’histoire. Cette philosophie, complexe et parfois vertigineuse, ne saurait être expliquée en quelques lignes. On peut cependant s’attarder sur un point fondamental, qui éclaire, sans l’épuiser, le cœur de l’ouvrage. Benjamin part d’une distinction entre un art du symbole, qui fonctionne sur un rapport harmonieux entre un ordre divin et un ordre phénoménal, et un art reposant sur des allégories, qui manifeste un éloignement de l’idée. Le propre de l’allégorie d’une vanité, par exemple, est de mettre en évidence le caractère éphémère de la beauté. Les polarités s’y inversent, la nature devient objet, elle se pétrifie, l’allégorie présente au spectateur “un paysage primitif pétrifié”. Les objets fonctionnent comme des hiéroglyphes, ils ne signifient pas directement l’idée (avec laquelle le lien est perdu), le langage est codé, l’harmonie disparue. La théologie de l’histoire en fait un champ de ruines où ne subsistent que des traces. Pour comprendre la dynamique de ce champ de ruines, il faut comprendre que ce champ n’a de sens que par rapport à une éternité avec laquelle on a perdu le lien.
La dialectique de la vanité est donc la suivante : d’un côté on réifie, on pétrifie, de l’autre on accède néanmoins à un sens ; d’un côté on annule un sens, de l’autre on le récupère. Dans cette dialectique de l’ambiguïté, qui est l’essence du drame baroque allemand, il y a un processus de sauvetage des phénomènes. Pour cela, il faut les rassembler au sein d’une idée. Un phénomène n’a de sens que lorsque les phénomènes sont rassemblés, et que l’on peut les raccorder à une idée. Benjamin transpose dans l’histoire le rapport intelligible / sensible de la réminiscence platonicienne : il faut se remémorer le lien intrinsèque qui existe entre le phénomène et l’idée, en recourant à une théorie du langage, qui possède un pouvoir de nomination.
Ce raisonnement, qui encore une fois ne peut rendre compte de la richesse du livre, contient pourtant les germes d’une philosophie à venir, une pensée messianique du salut qui par-delà l’histoire et “la perte de l’aura”, en appelle à l’éveil du lecteur, sommé de se souvenir de l’éternité pour recoller les morceaux d’une histoire éclatée sous peine d’en être expulsé. Vaste programme.--J-Ph.Tessé--
  • ean
    9782081232174
  • Auteur
  • Éditeur
    FLAMMARION
  • Genre
    Philosophie
  • Date de parution
    21/11/2009
  • Support
    Broché
  • Description du format
    Version Papier
  • Poids
    236 g
  • Hauteur
    178 mm
  • Largeur
    108 mm
  • Épaisseur
    17 mm
Aucune actualité liée

Du même auteur - Voir tous